Val de Durance
Lycée
Pertuis
 

Le processus de désocialisation : la destruction de la personnalité

vendredi 5 juin 2009, par Lambertj Juliette

La désocialisation : destruction de la personnalité

 

 

 

Comment sommes nous parvenus à détruire un nombre si important de la population sans avoir de répercutions ?

-En détruisant les opposants s’ils ne sont pas trop nombreux (c’est la cas en Allemagne).

-En transformant une partie de la population en bourreaux (c’est à dire opposer la population entre elle). Ce ne fut pas utilisé par les Allemands mais au Rwanda.

-En transformant la population en complice indifférent (lavage de cerveau par la propagande). Le Reich a transformé un grand nombre d’allemands en complices grâce à la propagande et à la formation de la jeunesse.

 

Le processus de DESHUMANISATION se décompose en 7 étapes

- 1ere Étape : définition.

Phénomène de bouc émissaire : les juifs furent opposés à la « race supérieure », la race aryenne.

Cette définition n’est possible seulement dans un état totalitaire, il ne supporte pas tout ce qui peut déroger à la suprématie et à l’uniformité de la « race des seigneurs ». Les premiers que les allemands ont voulu supprimer sont les tziganes (non sédentaires donc incontrôlables), les deuxièmes sont les homosexuels (considérés comme asociaux), venaient ensuite les handicapés physiques ou mentaux, puis les témoins de Jéhovah (car ils s’opposèrent à Hitler) ; on trouve également les opposants politiques (surtout les communistes) et enfin l’extermination la plus importante : les juifs (race considérée comme la plus inférieure) : ils sont un problème auquel il faudrait remédier.

- 2ème Étape : le recensement. Il fallait identifier les juifs, établir une liste afin de pouvoir les localiser avec leur adresse et ensuite aller les chercher au moment venu = travail préparatoire.

- 3ème Étape : la désignation

Il s’agissait d’indiquer à la population qui était juif avec l’obligation de porter l’étoile de David, l’étoile jaune. Elle s’est aussi accompagnée des marquages des lieux où habitaient et travaillaient les juifs = étiquetages et stigmatisation,

- 4ème Étape : restrictions et spoliations.

Il fallait saisir les biens des juifs, financiers et mobiliers.

Les juifs furent progressivement privés des droits sociaux.

- 5ème Étape : l’exclusion

Exclusion de certaines professions dans la fonction publique. Interdiction d’utiliser les transports en commun. Et exclusion de l’approvisionnement quotidien (heure réservée aux juifs pour qu’ils fassent leurs courses). Enfin exclusion géographique avec la création de ghettos.

- 6ème Étape : l’isolement.

Période de création des camps de travail, concentration et extermination.

Isolement avec le reste de la population.

- 7ème Étape : la destruction massive

Les Einsatzgruppen, chargés de tuer massivement les juifs à l’Est. Les camps de concentration : le travail, la faim, et les mauvais traitements menaient à la mort de beaucoup de juifs. Surtout les camps d’extermination décidés à la conférence de Wannsee.

 

 

Les dessins que nous allons présenter sont ceux d’un enfant survivant des camps de concentration : Thomas Geve. Ils sont tirés de son livre nommé Il n’y a pas d’enfants ici. Nous en avons choisi certains pour illustrer les étapes du processus de désocialisation : destruction de la personnalité. Nous avons étudié l’arrivée dans les camps, et l’organisation de la vie.

 

 

 

Le tri :

 

A la sortie du train les officiers allemands décident qui est apte au travail et qui ne l’est pas, ce choix s’effectue en quelques secondes.

Sur ce dessin, on observe des groupes différents se former, nous savons que l’un d’entre eux sera voué à une mort imminente et l’autre au travail.

 

 

 

Procédure d’admission :

 

Une fois internés au camp de concentration, les déportés sont déshabillés, douchés (désinfectés), puis tatoués. Ensuite, on leur donne un uniforme. Dès lors, ils perdent leur identité.

On voit bien toutes les étapes de l’admission sur ce dessin avec les différentes pièces.

 

 

 

Contrôle du temps :

 

Dans ces camps, tout est chronométré et contrôlé. En effet l’emploi du temps est entièrement défini et contrôlé par les SS. On le constate sur ce dessin, tous les déportés rassemblés pour l’appel qui se fait matin et soir, dans le froid et qui dure des heures.

 

 

 

Contrôle de l’espace :

 

Les camps étaient délimités par des barbelés électrifiés et les déplacements de tous les prisonniers étaient surveillés méticuleusement.

Sur ce dessin, on observe les barrières sous haute tension qui empêchaient le prisonnier toute sorti.

 

 

 

 

Soumission à l’autorité :

 

Les déportés étaient mobilisés pour les travaux forcés, les travaux d’esclaves.

Encore une fois, ils étaient surveillés par les SS qui leur ordonnaient sans cesse ce qu’ils devaient faire. Soit ils obéissaient, soit ils étaient tués.

A travers ce dessin, on voit le contrôle des SS sur les prisonniers c’est pourquoi nous l’avons choisis.

 

 

 

 

 

Prise en charge totale de la personne :

 

Les prisonniers n’avaient plus de contrôle sur leur vie, tout leur était ordonné.

Sur le dessin de Thomas Geve on constate encore une fois que les SS sont toujours là, les armes à la main.

 

 

 

 
Lycée Val de Durance – Route de l'étang de la bonde - 84123 Pertuis – Responsable de publication : Mme Bonal
Dernière mise à jour : mardi 19 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille