Val de Durance
Lycée
Pertuis
 

Poésie sur Roger Bernard, Manon 1°S2

samedi 14 mai 2016, par BONNET Manon

Poème sur Roger Bernard

C’était l’été, une chaude journée de juin
Il marchait de part les rues de Céreste
Celle des réfractaires avant qu’il n’y ait plus rien
Que pensait-il en franchissant le petit pont ? II reste
Maintenant cet arbre majestueux
Celui qui nous rapproche et nous raconte le danger
Celui qui voit, qui ne dit rien et qui côtoie les cieux

Oh Roger toi qui disais
« Ceux qui ont souffert ne parlent plus »
Oh Roger toi qui pensais
« Que dans l’homme il n’y a qu’un poème de joie »
Oh Roger toi qui criais
« Je suis celui qu’on ne ressuscitera pas ! »

Tu l’as traversé ce tunnel, celui qui point ne te séparait
D’une mort qui a été certaine
Mais jusqu’au bout tu lui as été fidèle, à celle qui souffrait
A celle pour qui tu te battais, celle qui a été tienne
D’un claquement de portière ton destin était scellé
La gare en est témoin, le mûrier s’en souvient
Le ciel et les oiseaux t’ont vu t’en aller
Contre les mitraillettes on n’y pouvait rien
Sur le bord d’une route nous pleurons
Celui qui non ne ressuscitera pas
Celui qui est tombé sous les plombs
Et dont la vie est passée, sous un soleil d’été à trépas

Oh Roger toi qui disais
« Ceux qui ont souffert ne parlent plus »
Oh Roger toi qui pensais
« Que dans l’homme il n’y a qu’un poème de joie »
Oh Roger toi qui criais
« Je suis celui qu’on ne ressuscitera pas ! »

Manon Bonnet 1°S2

 
Lycée Val de Durance – Route de l'étang de la bonde - 84123 Pertuis – Responsable de publication : Mme Bonal
Dernière mise à jour : mardi 19 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille