Val de Durance
Lycée
Pertuis
 

Sortie des 1°S2 à Céreste

mercredi 18 mai 2016, par DODIER Solene

Sortie à Céreste le 29 janvier 2016 :
Les Lycéens sur les traces de Roger Bernard
Une marche de résistance et de poésie

Dans le cadre de l’étude de la Résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale, nos professeures d’histoire et de lettres, Mme Gaudemard et Mme Boudard, ont monté un projet : Les lycéens sur les traces de Roger Bernard. Ce jeune poète Pertuisien s’est engagé dans la Résistance et s’est battu pour la liberté de la France aux côtés de René Char, chef du maquis de Céreste. C’est là qu’il perdit la vie le 22 juin 1944.
Le vendredi 29 janvier, notre classe a retracé son chemin et nous nous sommes rendus à Céreste.
Nous avons été accueillis par deux comédiennes : Séverine Bruneton et Giulia Ronchi, de l’association aptésienne « Une idée dans l’air » qui travaille sur le thème des commémorations des deux guerres mondiales. Au cours de cette balade de mémoire, elles ont mis en scène la vie mouvementée et brève de ce combattant poète.

Rue du nid d’amour, commence notre voyage, vers une autre époque, peut-être même un autre âge, si lointain dans notre esprit, pourtant si proche dans le temps...

Afin de nous faire comprendre ce que résistance et engagement signifient, afin de partager sentiments et expériences, nous avons participé à des activités variées : écriture libre de paroles, de réflexions, lectures de poèmes de Roger Bernard, chant de résistance. Une progression pleine d’émotions dans la rue des Réfractaires et la rue René Char …
Puis la classe, par groupe de trois, a joué la traversée d’un pont, pont de vie, pont de Roger Bernard.
La Résistance étant une action à vivre et à partager, nous avons tous enlacé un cèdre, symbole de confiance éternelle, arbre de vie et de contemplation du poète.

Je suis allé dans l’ombre du calice.

Ce vers de Roger Bernard en tête, chacun de nous a sillonné, aveugle, un tunnel sombre conduisant à l’air de la liberté.
A sa sortie, devant un panneau "voie sans issue", une question philosophique nous a alors été posée : « Regarder derrière soi, est-ce une impasse ? ». Répondant librement à cette interrogation, nous avons lu notre réponse à haute voix en lui donnant vie.
Accompagnés par la bicyclette du martyr Pertuisien, nous avons parcouru la campagne escarpée du Luberon, progressant à travers ronces et sentiers. Nous étions proches du poète quand nous récitions les uns les autres son poème : Les parts semblables.

Sur le chemin du retour, la classe a rendu un dernier hommage à ce poète en contemplant le lieu de son assassinat : la stèle, dernier lieu rappelant l’héroïsme du jeune combattant assassiné le 22 juin 1944. Il avait 23 ans.

Cette marche de résistance et de poésie, cette promenade commémorative, pleine de sentiments et de partage nous a émus et nous a permis de découvrir la personnalité de ce résistant méconnu mais immortalisé par ses poèmes.
Nous avons appris à libérer notre parole, à nous affirmer, ressentir la vie et l’harmonie entre les êtres, comment agir et s’engager.
En étant ensemble, nous nous sommes dotés d’une force qui nous fait résister, comprendre et exister.

« Ce n’est par une marche à suivre, c’est une marche à vivre ! »

Léa Scholefield et Solène Dodier, élèves de 1°S2 du Lycée Val de Durance

 
Lycée Val de Durance – Route de l'étang de la bonde - 84123 Pertuis – Responsable de publication : Mme Bonal
Dernière mise à jour : lundi 25 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille