Val de Durance
Lycée
Pertuis
 

Les Milles : l’exposition Serge Klarsfeld sur les enfants juifs déportés

jeudi 21 janvier 2016, par THERRY Noémie

L’exposition Serge Klarsfeld sur les enfants juifs déportés

Serge Klarsfeld a connu la Seconde Guerre mondiale. A l’âge de 8 ans, en 1943, il échappe à la Gestapo à Nice. Son père meurt dans le camp d’Auschwitz. Plus tard, il devient historien et avocat, et passe sa vie à agir pour la reconnaissance de la Shoah. Il défend également la cause des descendants de déportés comme lui. Avec sa femme, Beate Klarsfeld, ils sont à l’initiative de procès contre des responsables de la déportation des Juifs comme par exemple Klaus Barbie. L’exposition de Serge Klarsfeld est une grande exposition nationale. Il l’a confiée au Site-Mémorial des Milles, un lieu d’où furent déportés une centaine d’enfants.

C’est en 1975 que Serge Klarsfeld, historien, et président de l’asociation « des Fils et filles déportés juifs de France », a commencé à dresser la liste des victimes de la Shoah en France. Il a conclu que 11400 enfants Juifs ont été déportés de France entre 1942 et 1944. Serge Klarsfeld a voulu restituer, en plus de l’identité, une histoire à ces enfants. Il n’y avait qu’une raison aux déportations d’enfants juifs : ils n’avaient pas commis de délit ou de crime. Leur seul crime était d’être nés Juifs. Ils pouvaient être de nationalité Française, Allemande, Polonaise, Grecque, Autrichienne... 11 400 enfants Juifs ont été arrêtés, la plupart par la police de Vichy, déportés ensuite à Auschwitz, un camp d’extermination, et assassinés, à l’exception d’environ 200 d’entre eux. En effet, c’est le gouvernement de Vichy, qui occupe la « zone libre » de France, qui va proposer d’envoyer les enfants Juifs dans les camps d’extermination. Après la sélection à Auschwitz et dans les autres camps d’extermination, la majorité des enfants était envoyée directement dans les chambres à gaz. Ils n’avaient aucune chance d’être sélectionnés pour le travail. Quelques enfants des camps furent utilisés pour les expériences médicales nazies. Malgré les persécutions, de nombreux enfants trouvèrent des moyens de survivre.

 

 

Dans son travail, l’historien a reconstitué les listes des convois par wagon. Nous pouvons constater la rigueur apportée à la préparation de chaque rafle. Les lieux de naissance sont précisés ainsi que les nationalités.

 

 

 Il a ensuite rassemblé des milliers de photos envoyées par des familles.

 

 

 

Puis les dessins et textes des enfants faits lorsqu’ils étaient séparés de leur famille. Sur ce dessin, l’enfant a représenté un bateau.Ce bateau est sûrement un de ceux partant du port de Marseille pour fuir la France. Nous pouvons observer des personnages heureux et libres. Ce dessin représente donc son rêve. A droite, Gorges, un enfant Juif, a écrit une lettre à son père, séparé de celui ci. Dans sa lettre, il le rassure en lui disant qu’il est en bonne santé, en lui racontant ces activités et le remercie pour les colis qu’il lui fait passer.

 

 

 

Enfin, Serge Klarsfeld a repris certaines histoires, comme celle des « enfants d’Izeu » par exemple. En effet, les « Enfants d’Izieu » sont un groupe d’enfants juifs de différentes nationalités (Allemands, Autrichiens, Belges, Français, Algériens), réfugiés dans un bâtiment transformé en colonie de vacances pendant la Seconde Guerre mondiale. Il se trouve dans la commune française d’Izieu, dans le département de l’Ain. La colonie était dirigée par Miron Zlatin, et son épouse, Sabine Zlatin, qui s’était consacrée au sauvetage et à la protection d’enfants juifs. Izieu jusqu’en 1942 était situé dans la zone non occupée. Le 6 avril 1944, les troupes de la Gestapo, sous le commandement de Klaus Barbie (appartenant à la SS, surnommé « le boucher de Lyon » ), arrêtent les 44 enfants résidents et les 7 adultes présents. Ils sont embarqués dans des camions vers la prison Montluc à Lyon avant d’être expédiés au camp de Drancy puis vers les camps d’extermination. Quarante-deux enfants sont gazés à leur arrivée à Auschwitz, le plus jeune étant âgé de 4 ans.

     

 

ROURE Juliette, THERRY Noémie, 1ère S2

 
Lycée Val de Durance – Route de l'étang de la bonde - 84123 Pertuis – Responsable de publication : Mme Bonal
Dernière mise à jour : samedi 23 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille