Val de Durance
Lycée
Pertuis
 

Les Justes et le camp des Milles pendant la 2nd Guerre Mondiale

dimanche 17 janvier 2016, par LUCAS Adrien

 

Les Justes et le camp des Milles pendant la 2nd Guerre Mondiale

 

"Juste parmi les Nations" est un titre honorifique décerné par l’Etat d’Israël aux personnes ayant sauvé des juifs pendant la 2nd Guerre Mondiale et ce même au péril de leur vie. Crée entre 1953 et 1963, Israël a attribué à près de 25 000 personnes ce statut dont 3760 français à ce jour.

Nous nous sommes rendus au camp des Milles, où plusieurs actions de sauvetages de juifs ont eu lieu. C’est durant la 3ème période, à partir d’août-septembre 1942, que les juifs sont arrêtés et internés aux Milles afin d’être déportés vers des camps d’extermination. C’est alors que des habitants, certains gendarmes ou encore des réseaux de sauvetages ont permis d’éviter l’arrestation de dizaines de Juifs.

"Vous êtes contraints d’ordonner à vous gendarmes de chercher les Juifs. Toutefois vous pourriez peut-être leur laisser entendre qu’ils ne sont pas obligés de les trouver."

Mar Donadille (au préfet de police M. Dutruch) cité dans son dossier de « Juste parmi les Nations » conservé à Yad Vashem, Jérusalem.

On peut aussi noter, un certain nombre d’aides aux internés Juifs à s’échapper. Par exemple, un gardien du camp des Milles, Auguste Boyer, qui fit sortir des enfants internés au camp avant leur déportation, malgré les sanctions encourues.

Quelques religieux, grâce à leur statut purent aider des Juifs du camp. Le curé de Venelles et Meyrargues, Fernand Singuerlé, cacha des familles juives évadées du camp des Milles, avant leur départ en Suisse où elles ont été en sécurité. Henri Manen, pasteur protestant, alors qu’il rendait visite aux internés protestants, remit des faux-papiers, des faux certificats de baptême et retira les noms de nombreux Juifs du camp de la liste des déportés. Ces deux personnes reçurent le titre de ’Juste parmi les Nations’.

En dehors du camp de Milles, on peut raconter les histoires d’hommes et de femmes dévoués à la protection des innocents comme celle d’une enseignante belge, Andrée Geulen-Herscovici, qui sauva près de 3000 enfants juifs. Elle apprend en 1942 que la Gestapo arrête les Juifs et que des enfants sont cachés pour ne pas être raflés. Elle rejoint alors le Comité de Défense des Juifs. Durant deux ans, elle organise la sortie des enfants juifs de leur famille d’origine et leur séjour dans des familles belges ou dans des pensionnats. Elle met en place un registre secret qui établit la correspondance entre le nom originel de l’enfant, sa famille d’origine et son nom d’emprunt. Elle contribue ainsi à sauver près de 3000 enfants juifs. Elle reçoit en 1989 le titre de « Juste parmi les Nations ».

Auguste Boyer

 Henri Manen

Andrée Geulen-Herscovici

 Les Justes ont sauvé de nombreux juifs et ont été récompensés pour leurs actes de bravoure à l’encontre d’une idéologie barbare lancée par Adolf Hitler.

Article de PERRIN Jules et LUCAS Adrien, élèces de 1°S2

 
Lycée Val de Durance – Route de l'étang de la bonde - 84123 Pertuis – Responsable de publication : Mme Bonal
Dernière mise à jour : lundi 18 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille