Val de Durance
Lycée
Pertuis
 

Le monument aux morts d’Ecrouves (en Meurthe et Moselle)

mercredi 9 décembre 2015, par MANTOVANI Pauline

Analyse détaillée du monument aux morts d’Ecrouves (Lorraine)

Un monument aux morts est un monument construit pour honorer et commémorer les soldats et les personnes tuées et disparues au cours d’une guerre, c’est aussi monument destiné à perpétuer le souvenir des morts d’une communauté, en particulier du fait d’une guerre... Les monuments aux morts sont présents dans chaque commune de France pour recenser les personnes tuées et disparues durant la guerre et qui sont originaires de la commune. En effet chaque commune a eu des morts durant cette guerre très meurtrière qui a touché toute la France de 1914 à 1918. Celui sert aussi de devoir de mémoire pour ne pas oublier ce qu’il s’est passé et pourquoi ces personnes sont mortes.

La plupart des monuments aux morts des communes françaises ont été édifiés après la première guerre mondiale. En effet la Grande Guerre a marqué la France et les autres pays participants car aucun des conflits qui l’ont précédée n’a été aussi meurtrier et n’a endeuillé autant de familles françaises. Nous allons étudier le monument aux morts d’Écrouves, commune française située dans la Communauté de communes du Toulois (Meurthe-et-Moselle) où je suis partie durant les vacances.

 

Le monument aux morts d’Écrouves se situe sur la place devant la mairie de la commune. Ce monument aux morts recense les soldats morts pour la France (seulement ceux qui sont morts aux combats et non de maladies) de la commune d’Écrouves et Grandménil (photo 2), il a une forme d’obélisque et est posé sur une base cubique (photo 1).

1  2

Au-devant du monument (photo 3), on peut observer la sculpture d‘un homme portant un casque, des uniformes militaires, et élevant un drapeau à la main. On peut supposer que cet homme représente un soldat qui a combattu sûrement durant la Première Guerre mondiale (à ses pieds se trouve la gravure 1914-1918). Le drapeau brandit, emblème militariste et guerrier, mais également un symbole de patriotisme, symbolise certainement la fin de la guerre. Au-dessus de cette sculpture, on note la présence d’une croix, représentant pour moi les personnes mortes durant la guerre elle rappelle aussi les croix marquant les tombes sur les champs de bataille.

3

Sur le haut de la base (photo 4), on observe une couronne de plante (symbole lié à la mort) traversée par un rameau de laurier, celui-ci symbolise la victoire, les vertus militaires et l’héroïsme.

 4

Sur ce monument, on trouve la liste des soldats morts pour la France des communes d’Écrouves et Grandménil durant la Première Guerre mondiale sur la partie haute à droite (5) et à gauche (6) de l’obélisque, des soldats morts durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre Indochine sur la partie basse à gauche (7), et les victimes civiles tuées durant la Seconde Guerre mondiale sur la partie basse à droite (8).

 56

 78

Pour la Première Guerre mondiale, 43 soldats originaires d’Écrouves sont morts pour la France et inscrits sur le monument. Les noms inscrits sur le monument ne sont pas écrits dans l’ordre alphabétique. Aucun homme portant le même nom est inscrit sur le monument, on peut donc supposer que soit peu de soldats originaires des villages sont morts, soit une même famille avait peu d’hommes partis à la guerre.

 

Comme dit précédemment, ce monument comprend aussi la liste des morts durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Indochine. Seulement 6 soldats sont morts lors de la Seconde Guerre mondiale et 2 durant la guerre d’Indochine. De plus, on trouve la liste des victimes civiles de la Seconde Guerre mondiale. Elles sont 15 et sont plus nombreuses que les victimes militaires. Ce résultat peut s’expliquer par la présence de nombreux ennemis dans la région durant la guerre et d’un camp de détention à Écrouves même où étaient détenus des juifs ou encore des résistants et des politiques avant d’être déportés vers les camps nazis.

 

En conclusion, les monuments aux morts sont là pour nous rappeler des événements qui se sont passés dans notre pays, commune. Ils servent pour notre devoir de mémoire, c’est-à-dire l’obligation morale de témoigner, individuellement ou collectivement, d’événements dont la connaissance et la transmission sont jugées nécessaires pour tirer les leçons du passé (la Résistance ou la déportation pendant la Seconde Guerre mondiale, par exemple). De nombreuses cérémonies se déroulent devant ce monument comme celle du 11 novembre qui commémore l’armistice du 11 novembre 1918.

 

MANTOVANI Pauline

1°S2

 

 
Lycée Val de Durance – Route de l'étang de la bonde - 84123 Pertuis – Responsable de publication : Mme Bonal
Dernière mise à jour : vendredi 3 avril 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille