Val de Durance
Lycée
Pertuis
 

Les Invalides : Musée de l’Armée

lundi 23 mai 2011, par JORET - GALY Nicolas

Le musée des Invalides à Paris

Pendant notre voyage à Paris nous avons visité les Invalides qui sont bien reconnaissables grâce à leur dôme doré visible de nombreux endroits de Paris. L’origine du bâtiment des Invalides est liée au roi Louis XIV qui souhaitait assurer aide et assistance aux soldats invalides de ses armées pour que "ceux qui ont exposé leur vie et prodigué leur sang pour la défense de la monarchie passent le reste de leurs jours dans la tranquillité". Les travaux sont menés entre mars 1671 et février 1674, ce qui peut être qualifié de rapide pour l’époque. 

Au fil des siècles, les grands invalides de guerre y sont soignés.

Pour conserver la trace des traditions de l’armée, ses trophées et les objets de la vie quotidienne des soldats, un Musée historique de l’Armée est créé en 1896. Il fusionne avec celui de l’artillerie, installé en 1871, en 1905 pour former le musée de l’Armée.

Le vaste département des deux Guerres mondiales du Musée de l’Armée regroupe les conflits de 1914-1918 et de 1939-1945. Le parcours débute lorsque la France tire les conséquences de la défaite, en 1871, face aux Etats allemands et s’achève sur les actes de conclusion de la Seconde Guerre mondiale. Le respect de la chronologie dans la présentation des collections permet de subdiviser le parcours en deux parties principales : l’une sur la première Guerre mondiale, l’autre sur la seconde.

I/ Le musée de l’armée : historique

Construit de mars 1671 à 1674, sur l’ordre de Louis XIV, le bâtiment avait pour principal but de reloger les victimes de ses armées, mais également un but politique, car ces invalides faisaient mauvaises figures en trainant dans les rues, plus particulièrement sur le pont Neuf.

Les premiers pensionnaires y sont hébergés dès octobre 1674 par Louis XIV en personne. La plupart des ces invalides sont issus de la Guerre de Trente ans, mais des victimes de toutes les guerres y sont intégrées.

De nombreux personnages importants reposent aux Invalides : le plus illustre est l’empereur Napoléon I° dans l’église du Dôme. Le roi de Rome Napoléon II (également appelé « l’Aiglon ») y est inhumé en 1940 sur proposition d’Adolf Hitler. Joseph et Jérome Bonaparte, frères de l’empereur, y sont également enterrés dans deux alcôves latérales.

De nos jours, ce lieu immense a été transformé en musée. Il comporte, entre autres, deux vastes départements, un sur la Première Guerre Mondiale, et un sur la Deuxième Guerre Mondiale, qui sont vraiment intéressants.

Une grande partie du département de la Seconde Guerre mondiale est consacrée à la propagande ; nous avons eu une visite guidée sur ce thème.

II/ Musée de l’Armée : La propagande

Tout d’abord qu’est ce que la propagande ? La propagande est le fait de convaincre ou persuader des individus, afin qu’ils adhèrent à une certaine idéologie. En 1939-45, pendant la deuxième guerre mondiale, la propagande était exercée non seulement par le régime d’occupation nazi, mais également par le Gouvernement de Vichy. La propagande visait principalement à créer une haine des juifs, des communistes, mais aussi à créer un culte du chef dans l’état français et allemand. Le Gouvernement de Vichy a beaucoup insisté sur cette propagande, pour rallier le peuple français à la collaboration. Il existe plusieurs types de méthode de propagande : la peur, la paranoïa, etc.

 Quelques exemples :

 1) Pour donner une image positive de l’occupant.

 

Dans la vitrine consacrée aux zones occupées, l’affiche « populationsabandonnées », une des nombreuses affiches de propagande allemande, signale la volonté allemande de donner une bonne image des troupes d’occupation. Le graffiti d’origine visible sur l’affiche d’origine, disant « Eh quoi encore ?! » démontre que certains Français ont pris conscience de la vraie nature de cette occupation et font de la résistance.La propagande a été utilisée pour biens d’autres fins (politiques, économiques, humanitaires etc.).

Les vitrines situées en face concernent la zone non occupée où le régime de Vichy exerce sa pleine souveraineté. De nombreux objets illustrent la propagande paternaliste développée autour du maréchal Pétain qui a acquis une grande popularité auprès des anciens combattants de 14-18 : des affiches à son effigies, des lieux, des chants par exemple.

Les symboles et les slogans dressent le portrait du nouveau régime de la France.

L’« État français » remplace les valeurs démocratiques de la République par celles d’un régime autoritaire et réactionnaire, xénophobe et antisémite.

 

 

2) Pour monter les Français contre les résistants.

 

 

Un autre exemple de cette propagande est « l’affiche rouge ». Ce tract imprimé par les allemands, essaie de créer une haine des juifs, des communistes, et des étrangers.

Cette affiche met en œuvre la technique du bouc émissaire, ici le réseau Manouchian qui est pris pour cible car ce réseau est considéré comme vraiment nuisible aux régime nazi et contre l’occupant . L’affiche rouge est une affiche de propagande placardée en France dans le contexte de la condamnation à mort de 23 membres des FTP-MOI (Francs Tireurs Partisans de la Main d’Oeuvre Immigrée) de la région parisienne le 21 février 1944. Cette affiche avait pour but de convaincre la population française que la résistance était composée uniquement d’étrangers, qui ne présentent aucun intérêt pour la France. Malgré cela, les visages des résistants suscitent la sympathie et l’admiration de nombreux anonymes qui déposent des fleurs au pied des affiches et collent des bandeaux sur lesquels on peut lire : "Oui l’armée de la résistance" ou "Des martyrs". Les 23 victimes ont accédé au statut de héros. Cette propagande a donc eu l’effet inverse de ce qu’attendaient le gouvernement de vichy et le régime nazi.

 

3) Pour faire adhérer les Français à un nouveau régime

 

 

 Cette affiche de propagande a été créée pour présenter le nouveau régime instauré, celui de Vichy, avec le maréchal Pétain, en le présentant de telles façons que les français ne puissent faire de critique sur celui-ci. Il met en comparaison les deux régimes, le sien, qu’il présente comme construit sur des bases solides qui sont "travail, famille, patrie" et l’ancien régime basée sur de nombreuses bases douteuses tels que "antisémitisme, communisme, démagogie". On retrouve toujours les couleurs bleu, blanc et rouge qui sont symbole de la France, mais pas du coté de l’ancien régime, où le rouge est dominant : rouge couleur du communisme. Du coté du régime de Vichy, on retrouve les sept étoiles du maréchal, pour rappelé que ce régime est instauré par le maréchal Pétain.

 

4) Pour montrer un avenir positif de la France

 

 

 

Cette affiche montre les valeurs du régime de Vichy. Elle a pour but de montrer que l’avenir de la France se trouve dans l’agriculture, en mettant au premier plan les paysans et les travaux de l’agriculture : élevage, récolte. On y voit également une famille de quatre enfants, car il faut rappeler que la France, d’après Pétain,  doit se "régénérer", d’où l’insistance du nouveau régime sur le fait d’avoir des familles nombreuses.

La nouvelle devise de la France est également rappelée en haut de l’affiche "travail, famille, patrie". La présence du buste du maréchal, en tenue militaire, vient rassurer les Français, car il a une image de "père protecteur" qui plait aux français.

La propagande a également été utilisée par les autres armées (américaine, anglaise, russe, etc.), mais également par la résistance. Elle a pour but de remotiver les armées et les soldats, mais également les peuples envahis.

 

5) Pour montrer la puissance des alliés

 

 

Cette affiche montre que la résistance ainsi que l’aide des alliés a fini par payer puisque elles ont vaincu le régime nazi. Cette affiche a pour but d’inciter à la résistance, en montrant que la résistance est un élément clé de la chute du régime nazi. Le marteau, est composé des drapeaux de tous les alliés : Etats-Unis, Royaume Uni, France, et l’URSS. Entre le marteau et l’enclume, la croix gammée, le symbole nazi, brisé, pour montrer que ce régime est terminé ou bientôt. Sur l’enclume, la croix de Lorraine, le symbole de la résistance, pour montrer le second facteur qui fera tomber le régime nazi.

III/ Musée de l’Armée : La vie durant la guerre

 

La vie des soldats durant la guerre fut rude, ce qui par conséquent pouvait amener la détresse, mais également le découragement, la perte de confiance et bien d’autres réactions ou sentiments dus aux conditions terribles de la guerre : mort omniprésente, absence de confort, absence des êtres chers. C’est pour cela que dans chaque Etat, l’équipement du soldat a été entièrement revu, pour rendre la vie quotidienne du soldat plus "confortable".

Il leur était aussi permis d’amener des effets personnels en plus de ceux fournis par l’armée.

L’instauration de permission, permettant de revoir la famille ou les proches des soldats, mais également le fait de pouvoir communiquer avec eux et de se tenir informer de la vie à l’arrière remontait le moral des soldats.

 

Exemple de mise à disposition d’éléments de "confort" aux soldats : le paquetage américain a été présenté dans trois vitrines  significatives de la remarquable adaptation de l’armée américaine aux conditions de la guerre moderne. Il dénote aussi le souci de rendre la vie quotidienne du soldat plus confortable. On peut y apercevoir : Une boite de préservatifs, des chewing gum, une bouteille de Coca-Cola, de l’alcool, du dentifrice, une bible, des papiers d’identités, de l’argent etc.

 

IV/ Le tombeau de Napoléon

Le musée des Invalides comporte aussi une partie consacrée à Napoléon, avec son tombeau situé dans l’église du Dôme, dont le toit doré est un repère pour les Parisiens. C’est d’ailleurs le plus beau dôme jamais construit en France, son lanternon est situé à 107 m de haut, il fut redoré, en 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution. Douze kilos d’or ont été nécéssaires à cette opération. La décoration intérieure de l’église est magnifique avec les coupoles peintes, les murs ornés de colonnes, de bas-reliefs exécutés par les meilleurs artistes du XVII° siècle .

 

Dans la crypte à ouverture circulaire repose Napoléon 1er, dans un tombeau achevé en 1861, fait avec du porphyre rouge et un socle de granit vert des Vosges Le corps de l’empereur est placé dans six cercueils successifs.

 

 

 

Nicolas Joret-Galy, Kilian Murphy, 1°ECO2

 
Lycée Val de Durance – Route de l'étang de la bonde - 84123 Pertuis – Responsable de publication : Mme Bonal
Dernière mise à jour : lundi 17 juin 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille